Aller à l'en-tête Aller au menu principal Aller au contenu Aller au pied de page
Accueil - Le mot de la directrice

Le mot de la directrice

Présentation
Le mot de la directrice

L'école doctorale est dirigée par le Pr Sophie DÉMARE-LAFONT.

Notre École doctorale est adossée à trois centres de recherche : l’Institut d’histoire du droit (UMR 7184 – Directeur : Pr Olivier DESCAMPS), l’Institut Michel Villey (EA 3128 – Directeur : Pr Denis BARANGER) et le Laboratoire de sociologie juridique (EA 3381 – Directrice : Pr Dominique FENOUILLET). Elle accueille une centaine de doctorants spécialisés dans trois disciplines qui contribuent depuis fort longtemps à la réputation de l’université Paris 2 Panthéon-Assas : l’histoire du droit, la philosophie du droit et la sociologie du droit, qui ont en commun d’éclairer le droit actuel dans sa triple dimension chronologique, spéculative et sociétale, et permettent d’appréhender le phénomène juridique dans sa globalité.

L’École est conçue pour permettre aux doctorants de concilier leur travail de thèse, souvent  solitaire, avec des activités collectives de formation, destinées à leur apporter des compétences utiles mais aussi à susciter un lien social entre eux.

La rentrée annuelle est ainsi un moment important, auquel sont associés de nombreux intervenants administratifs et pédagogiques, ainsi que des conservateurs des Archives nationales ou des grandes bibliothèques juridiques ou historiques (Bibliothèques Cujas, Cour de cassation, Conseil d’État, École nationale des Chartes). La parole est aussi donnée à un diplômé récent, qui vient faire part de son expérience aux doctorants et échanger avec eux.

Outre des séminaires de méthode et des sessions de formation à la recherche documentaire, les doctorants sont invités à participer, en tant qu’auditeurs ou intervenants, aux divers séminaires, tables rondes et conférences organisés par les trois centres de recherche. Même si ces manifestations scientifiques n’ont pas toujours de rapport direct avec leurs sujets de thèse, elles sont autant d’occasions d’enrichir leur culture juridique et de les former aux réalités pratiques de la recherche (prise de parole en public, débat, exposé sur un thème précis). En marge des comités de suivi de thèse, des entretiens pédagogiques informels sont proposés sur la base du volontariat, pour discuter avec ceux qui le souhaitent, de manière bienveillante et constructive, de l’avancement de leur travail et des éventuelles difficultés méthodologiques ou scientifiques qu’ils rencontrent.

L’École soutient aussi, scientifiquement et financièrement, la mobilité doctorale et les initiatives individuelles ou associatives d’organisation de colloques.

Une réflexion est engagée pour diversifier les activités de formation. Des séances consacrées aux techniques d’expression orale en français et en anglais, aux méthodes d’argumentation et à la rédaction d’articles pour des revues internationales devraient être mises en place prochainement, de même que des modules portant sur la carrière universitaire et les métiers du droit dans les secteurs public et privé.

Un autre point à améliorer concerne la communication à l’intérieur de l’École, notamment à travers ce site qui devrait faciliter la circulation des informations. Il a été réalisé avec l’aide du Bureau de la recherche et des représentants des doctorants au Conseil de l’ED, qui contribueront aussi à la fourniture régulière de contenus. Je tiens à les remercier tous pour leur disponibilité et leur investissement dans ce projet.

J’adresse enfin aux doctorants tous mes encouragements pour mener à bien cette entreprise exigeante et passionnante qu’est la préparation d’une thèse.

 

Sophie DÉMARE-LAFONT